SYNAFOC
Join

Elite Two : Mbocklem et la Dynamo frisent le pire à Ngaoundéré !!!

Visite de courtoisie du SYNAFOC au joueur Donatien Mbocklem (assis en maillot rouge et culotte blanche) (Jacques Marcel Itiga Itiga)‎

Le dimanche 5 septembre 2021, joueurs et dirigeants de la Dynamo Football Club de Douala ont été pris en grippe par les supporters de Ngaoundéré FC au stade Ndoumbe Oumar lors de la dernière journée de championnat.

L’effroyable incident survient dans le temps additionnel du match. Suite à l’égalisation de la Dynamo, les supporters de Ngaoundéré FC, mécontents du score d’un but partout qui relègue leur club en division inférieure, se déchainent contre les jaune et noir de Douala. Projectiles, gourdins, agressions verbales et physiques tout y passe.

Le milieu de terrain de la Dynamo, Donatien Mbocklem raconte : « Le quatrième arbitre avait signalé 4 minutes de temps additionnel. Notre défenseur central balance un long ballon sur lequel il y a eu un manque de communication entre le défenseur et le gardien de but de Ngaoundéré FC. Plus rapide que les deux, je chipe le ballon et je fais une passe de but. Sur le coup, je ne sais vraiment pas qui marque pour nous parce que j’avais mal atterri et j’étais resté par terre, focalisé sur mon genou endolori. Pendant que j’y suis, j’entends la clameur du public. Au même instant, je reçois un gros caillou sur la tête. Alors que je veux me retourner pour comprendre ce qui se passe, je reçois un deuxième coup sur la tête. Les supporters de Ngaoundéré FC mécontents de notre égalisation étaient entrain d’envahir l’aire de jeu et les projectiles fusaient de toutes parts ».

La suite se passe de tout commentaire, Mbocklem n’évitera le pire que grâce à l’aide de son gardien de but qui a volé à son secours. Face à cette violence d’une rare extrême, joueurs, membres du staff de la Dynamo et les arbitres de la rencontre vont se regrouper au rond central. Ils n’éviteront le lynchage que grâce à l’intervention de la demi-douzaine de policiers présent au stade Ndoumbe Oumar.

Le niveau d’insécurité indescriptible va contraindre les arbitres à siffler la fin du match. C’est sous forte escorte policière que joueurs, dirigeants de la Dynamo et officiels de la rencontre seront conduits dans les vestiaires avant d’être exfiltrés par petits groupes hors du stade.

Plus de peur que de mal serait-on tenté de conclure, car on ne dénombre pas de blessé grave à l’issue de cet incident. Juste quelques commotions ça et là. Mais il n’en demeure pas moins que le bilan aurait pu être lourd et que le traumatisme subi par les joueurs de la Dynamo lui est bien grand. Toutes choses qui nous obligent à inviter les différents maillons en charge de l’organisation de nos championnats - dits professionnels - et partant du football camerounais dans son ensemble à plus de responsabilité et de vigilance.

Nous y reviendrons !

© FIFPro World Players' Union 2021 - Legals Designed by IDIX
Search